Formation Certifiante Excellence Paris Champs Elysées : Digital &Transformation digitale dans l'Economie Comportementale

Le basculement de l’économie, des Etats volontaires dans l’ère numérique produit des effets chaque jour plus sensibles, tant sur les individus – en qualité de citoyens, de consommateurs, d’utilisateurs, ou même de patients – que sur les organisations privées ou publiques. L’apparition de services innovants digitaux/numériques, qu’ils soient personnalisés, collaboratifs ou simplement plus pratiques, donne naissance à de nouveaux modèles économiques et bouleverse la plupart des secteurs d’activités, dans la nouvelle ECONOMIE COMPORTEMENTALE .

 

En parallèle, l’essor du numérique/digital, facilite les interactions entre acteurs, et permet d’optimiser la prise de décisions et les processus de production, modifiant de façon irréversible la manière dont les consommateurs et les entreprises s’informent, communiquent, produisent et commercent.

 

La stratégie de transformation digitale ainsi que la mutation des organisations vers le numérique/digital, ne se résume pas à l’adoption intensive d’outils et de technologies, à la dématérialisation de processus internes ou externes, mais remet en question les modèles économiques, les chaînes de valeur, la supply chain (chaîne d’approvisionnement), les systèmes d’informations, les stratégies commerciales et cycles d’exploitations, l’environnement concurrentiel, les organisations et leur fonctionnement, les métiers, les modes de travail et de collaboration des hommes et des femmes, la vie quotidienne des salariés, ainsi que les organisations et les modèles de management. Cela sans oublier, l’introduction de nouveaux concepts entre le « on et off line ».

 

L’introduction du digital dans les organisations, publiques ou privées, ainsi que la transformation de ces dernières, constituent un profond changement de paradigme, une percolation des systèmes, qui impacte non seulement toutes les fonctions classiques (ressources humaines, marketing, communication, ventes, finances, production), mais aussi tous les niveaux hiérarchiques, y compris les Directions Générales, dans la nouvelle ECONOMIE COMPORTEMENTALE, .

La transformation numérique/digitale, repose sur l’appropriation et la diffusion au sein des organisations d’une véritable culture nouvelle, fondée sur l’intelligence collaborative, l’open innovation, l’ouverture à un écosystème, la participation nouvelle des salariés, l’évolution constante des métiers et des modes de travail et l'excellence en matière de "data gouvernance".

Cette transformation s’explique avant tout par la pénétration croissante de technologies IP.

L’Internet, désormais ubiquitaire, devient de plus en plus puissant grâce à la fibre optique, et l’on assiste au développement accéléré des technologies apparentées : l’Internet mobile, le "cloud computing" et l’Internet des objets connectés.

La numérisation permet aussi l’essor de domaines et d’acteurs nouveaux majeures comme : le web analytics, les algorithmes de décisions, la modélisation des parcours clients, les analyses, Big Data, KPI stratégiques, robotique avancée...

Le poids du numérique à l’échelle macroéconomique est substantiel : calculé par une approche de la "demande", la valeur ajoutée générée par le numérique représente 5,5 % du PIB français (2014), soit davantage que le secteur des services financiers (4,8 % du PIB), et en phase de rattrapage avec celui de la construction (6,3 % du PIB). De surcroît, les emplois directs du numérique/digital constituent 3,3 % du total de l’emploi salarié en France, ce qui en fait un "secteur" une fois et demi plus pourvoyeur d’emplois que l’agroalimentaire par exemple.

Au-delà de son poids dans le PIB et dans l’emploi, le numérique génère également des bénéfices tangibles pour l’ensemble des agents économiques, et notamment pour le citoyen/ le consommateur. Pour ce dernier, le "surplus de valeur" apporté par le numérique/digital, est loin d’être négligeable. Il prend tout d’abord la forme d’un gain de pouvoir d’achat (13 Md € annuels, soit environ 20 euros par internaute et par mois) qui résulte d’une transparence accrue sur les prix, exerçant une pression à la baisse, aussi bien en ligne que dans le commerce traditionnel pour certaines catégories de produits, cette baisse atteint 25 % – ; et de revenus additionnels procurés par les plateformes de mise en relation entre particuliers "C2C" – par exemple les sites Internet permettant d’échanger des biens neufs ou d’occasion. Le bénéfice que retire le consommateur du numérique découle également de la valeur d’usage des services « gratuits »… offerts par Internet..

Les pouvoirs publics, et les entreprises privées se questionnent sur la mise en place de ces nouveaux  services ainsi que de leurs impacts sur la globalité de leur chaîne de valeur, leurs processus, leurs compétences, leurs chaînes d’approvisionnement, leur système d’information…,  facilitant d’une part l’émergence de nouveaux modèles économiques, et enclenchant d’autre part des ruptures de fond dans les organisations, dans la nouvelle ECONOMIE COMPORTEMENTALE.

Voire au-delà ; si la technologie change à ce point nos repères, quels seront les impacts sociétaux et les changements radicaux à venir? Quels nouveaux écosystèmes cela va-t-il générer? Quels enjeux de sécurité devra-t-on intégrer pour éviter les écueils? Quels modèles économiques seront réinventés? Qu’est-ce que cela signifie pour le secteur public et quel doit être le rôle de ce dernier ?

En conséquence, on assiste aujourd’hui à un paradoxe de marché : d’un côté des consommateurs de plus en plus connectés, dotés d’une capacité d’agir accrue par les échanges en réseaux, faisant du numérique/digital leur usage quotidien, de l’autre des entreprises peu ou pas assez numérisées, dans lesquelles la culture numérique reste inexistante ou faiblement diffusée.

Il y a donc urgence : dans cet univers en constante mutation, les organisations se doivent de réagir, de s’adapter, au risque sinon de voir leur activité au minimum diminuer, au pire disparaître, au profit d’acteurs plus rapides à s’adapter et à s’étendre, franchissant les barrières des marchés et séduisant les jeunes générations.

On peut craindre le numérique, mais aussi comprendre ses opportunités. La question de l’impact positif de la transformation digitale des entreprises sur leur performance, à la fois économique et sociale, étudiée dans cette formation certifiante, est majeure.

La digitalisation des organisations a aussi un impact sociétal : c’est une formidable opportunité pour former massivement les individus au numérique/digital et leur donner les capacités à mieux affronter le monde du travail et à devenir les citoyens de la société numérique/digitale, du 21 ème siècle.

Ce questionnement se doit de nous amener à la compréhension d’une nouvelle culture, d’un nouvel écosystème, de nouveaux modes de travail, et de nouveaux comportements, laissant émerger créativité et innovation, mais également l’acquisition de compétences permettant la conduite et la maîtrise du changement, et ce, afin de réussir la transformation digitale, dans sa propre organisation, en qualité de leader ou d’acteur du changement.

Ce sont autant de sujets qui seront abordés lors de cette Formation Certifiante Digitale & Transformation Digitale Paris Champs Elysées, vous permettant d’acquérir également les tendances et l’état de l’art en matière de digital, ainsi que de vous doter de méthodologies systémiques, solides en matière de transformation et de conduite du changement, vous permettant d’initier et de conduire la transformation digitale, dans votre propre organisation. 

Enfin, cette formation comme toutes les autres Formations Certifiantes Excellence, s’organise de manière forte interactive, tant au niveau théorique que pratique, avec l'acquisition de méthodes en "savoir-faire" et en "savoir-être". Ceci, tout en y intégrant le niveau des participants et l'utilisation de techniques cognitivo-comportementales en neurosciences, afin de doter ces derniers de comportements propices aux transformations et les rendre "acteurs du changement" de leur propre organisation dans la nouvelle ECONOMIE COMPORTEMENTALE.

© 2023 by ​Energy Mix.